3. Procédures d'urgence et de secours

3.1 DEFINITIONS

3.1.1 PROCÉDURE D'URGENCE

Procédure permettant le traitement d'une situation où la sécurité du vol est immédiatement engagée.

Exemple : FEU MOTEUR EN VOL

3.1.2 PROCÉDURE DE SECOURS

Procédure utilisable lors d'une situation dégradée qui n'engage pas immédiatement la sécurité du vol.

Exemple : VOYANT CHARGE ALLUME

3.2 PRIORITES DU VOL

3.2.1 Ordre des priorités

Une situation anormale entraîne du stress et réclame beaucoup d'énergie pour son traitement. Plus que jamais, l'ordre immuable des priorités du vol, valable à chaque instant en situation normale ou anormale, doit être respecté.

1. Faire voler l'avion

  • Récupérer et/ou maintenir le contrôle de l'avion afin de le garder dans son domaine de vol (incidence, inclinaison, vitesse, facteur de charge, etc.) ;
  • Tenir le cap, l'altitude, la vitesse, etc. constituant la cible de pilotage à cet instant.

2. Diriger l'avion

  • Placer et/ou maintenir l'avion sur la trajectoire souhaitée (horizontale et verticale).

3. Assurer les autres tâches

  • Notamment le traitement des pannes mécaniques et la radio.

3.2.2 Gestion des priorités

Une tâche ne doit être réalisée que si les priorités plus élevées ont déjà été traitées au moins provisoirement.

A chaque instant, la tâche en cours doit être interrompue au profit de toute priorité supérieure.

Exemple : en circuit basse hauteur, pendant le dernier virage, lors de l'émission du message radio de position, déclenchement de l'avertisseur de décrochage.

  • Priorité 1 (à effectuer immédiatement) : manoeuvre de sortie de décrochage (inclinaison à zéro, assiette bloquée, pleins gaz).
  • Priorité 2 (une fois la vitesse normalisée ) : récupération de la trajectoire du circuit ;
  • Priorité 3 (une fois la trajectoire assurée) : émission du message radio.

3.3 PROCÉDURES APPLICABLES

Les procédures d'urgence et de secours applicables sont celles figurant sur les check-lists urgence-secours (voir b.B.2.1.5).

3.4 METHODE POUR LES PANNES MOTEUR

3.4.1 PRIORITES DU VOL

L'application des règles générales (voir b.B.3.2) se traduit par :

  1. se soucier de la vitesse ;
  2. orienter la trajectoire ;
  3. réaliser la check-list.

A titre pédagogique, l'acronyme VMC peut être utilisé : vitesse, meilleur champ, check-list.

Vitesse, Meilleur champ, Check list

3.4.2 VITESSE

Ne jamais passer sous la vitesse de finesse maximum.

Il s'agit avant tout de préserver une marge par rapport au décrochage.

Exemples :

  • Panne moteur en montée initiale : préservation de la vitesse jusqu'à l'arrondi, si nécessaire à l'exclusion de toute action (y compris l'évitement d'un obstacle).
  • Panne moteur en niveau de vol : déccélération en palier vers la vitesse de finesse, puis mise en descente.

3.4.3 TRAJECTOIRE

Orienter la trajectoire vers une zone dégagée.

En fonction de la hauteur disponible, le choix final du champ doit être immédiat ou peut être reporté.

Exemples :

  • Panne moteur en montée initiale : altération de la trajectoire et choix immédiat du point d'impact.
  • Panne moteur en niveau de vol : simple orientation vers le paysage qui semble le plus dégagé.

3.4.4 CHECK-LIST

3.4.4.1 Problématique

Les Manuels de Vol n'indiquent pas exactement les mêmes actions d'un type d'avion à l'autre. L'ordre peut varier, certaines actions demandées sur un avion ne le sont pas sur un autre, certains manuels différencient le traitement d'une perte partielle de puissance avec celui d'une perte totale, etc.

Par conséquent :

  • il est très difficile en cas de panne de restituer de mémoire la procédure exacte prévue par le constructeur ;
  • il est illusoire d'espérer, de la part des pilotes sortis du cadre de la formation, un traitement sûr de la panne moteur en enseignant une telle technique.

3.4.4.2 Principe du chemin gestuel

Il existe 6 commandes moteur : robinet carburant, richesse, réchauffage carburateur, pompe électrique, manette de gaz, magnétos.

Considérant que l'ordre des actions n'est pas primordial sur leur réalisation, l'Aéroclub a organisé pour chaque type d'avion les check-lists de pannes moteur en un chemin gestuel couvrant ces 6 actions en partant du robinet carburant.

Ce chemin gestuel convient à tous les cas de pannes moteur : panne moteur totale, feu moteur, atterrissage forcé, perte de puissance partielle, givrage.

3.4.4.3 Schémas

HR200 - Chemin gestuel panne moteur PA28 - Chemin gestuel panne moteur DR400 - Chemin gestuel panne moteur

3.4.4.4 Réalisation

En passant sur chaque commande, le pilote doit :

  • ne pas chercher à la nommer ;
  • la placer dans la position qui convient à la situation (notamment selon que l'on cherche à relancer le moteur ou à l'arrêter) ;
  • compter à voix forte.

123456

En cas de doute sur le positionnement à choisir pour une commande (cela peut être particulièrement le cas pour la richesse, le réchauffage carburateur ou la manette de gaz), il importe surtout de garder son bon sens et d'être actif : plusieurs positions peuvent être essayées successivement, en laissant entre deux un intervalle de temps. Par ailleurs, les différentes check-lists de pannes moteur indiquent pour chaque situation les positions exactes de commandes.

A la fin du chemin gestuel, si le pilote n'a pas compté 6 actions, il doit recommencer.

3.4.4.5 Entraînement

Chaque pilote doit répéter le chemin gestuel de panne moteur au minimum une fois avant chaque première mise en route du jour de chaque type avion : il s'agit de poser la main successivement sur les 6 commandes en comptant à voix haute.

La partie "panne" du briefing départ est un moment opportun.